Rideau ou sans rideau : les lieux du théâtre

Traditionnellement des rideaux séparent trois lieux essentiels du bâtiment « Théâtre » : la scène est ainsi séparée et des coulisses et de la salle. En principe l’acteur ne va pas dans la salle et le spectateur ne monte pas sur scène ni n’accèdent aux coulisses. La fonction du rideau est donc double : donner à voir quand il est ouvert sur la scène, cacher les coulisses.

Les coulisses de théâtres par le photographe Ralph Schulz

S’ajoutent encore différents « lieux » : le hall d’entrée (souvent avec un vestiaire, des toilettes, un espace billetterie, une cafetaria). Sans oublier au rez ou à l’étage, des ailes administratives et derrière les coulisses les loges où se préparent les acteurs.

 

salle-fete-de-gph

Une page plus complètes de vocabulaire technique…
Glossaire complet
Glossaire complet téléchargeable (pdf)

Mais tout peut être un lieu de théâtre, même la rue, la cour de récréation… avec ou sans tréteaux :

Publicités

Les métiers du théâtre

Shakespeare


Sur scène nous voyons les comédiens (ou acteurs) et entendons un texte dont nous savons qu’il a un auteur (ou dramaturge). Mais il est bien d’autres « métiers » nécessaires pour aboutir à un spectacle théâtral :

  • le metteur en scène est l’organisateur et le responsable de la mise en scène d’une oeuvre dramatique ou lyrique, c’est-à-dire de tous les éléments qui composent le spectacle : jeu des acteurs, rythmes, espaces, décors, lumières…
  • Le scénographeLa scénographie (du grec σκηνη (skene) scène et γραφειν (graphein) écrire) désigne aujourd’hui l’art de l’organisation de l’espace scénique, grâce à la coordination des moyens techniques et artistiques. Ce sont des designers (ou des artistes sous contraintes) qui, en collaboration avec un metteur en scène et le plus souvent avec également les créateurs lumière et son, conçoivent l’espace scénique dans lequel se déroulera un spectacle vivant. Ils définissent ainsi le rapport « scène/salle », puis l’espace où évolueront les acteurs. Cette spécificité le distingue du décorateur dont le rôle était davantage de créer l’illusion ou de leurrer le spectateur.
  • Le régisseur La régie est l’endroit d’où le régisseur dirige (« régit ») le spectacle en communiquant, souvent, par casque d’écoute (« intercom ») avec les manipulateurs d’éclairage, de son et les différents machinistes. Elle est le plus souvent située en fond de salle, au-dessus des spectateurs, face à la scène. La régie peut aussi être éclatée en plusieurs locaux selon les techniques gérées ; on parlera alors de régie-lumière, de régie-son, etc. Au théâtre, le régisseur remplit la fonction délicate de préparation, de coordination, d’exécution d’une partie spécifique ou de la totalité de la mise en oeuvre matérielle d’une représentation. Le régisseur général, qui coordonne l’ensemble des régies spécifiques, est le collaborateur immédiat du directeur technique. Il est aussi l’interface entre l’équipe de création (metteur en scène, décorateur…), tous les techniciens intervenant sur une production et l’administration (budget, embauche d’intermittents…). Le régisseur de plateau organise avec le chef machiniste le travail des machinistes et veille à la préparation du plateau, au montage et au démontage du décor.  Les régisseurs lumière et son font de même en ces domaines.
  • Mais encore : le décorateur, l’éclairagiste, le costumier, le maquilleur, l’habilleuse, le coiffeur, l’ingénieur/opérateur du son, l’accessoiriste, l’agent, le placier, etc.

 

Exprimer n’est pas « expliquer »

Christophe Terlinden

Et si exprimer, ce n’était pas expliquer…

 

Destino de las explicaciones 

En algún lugar debe haber un basural donde están amontonadas las explicaciones.

Una sola cosa inquieta en este justo panorama: lo que pueda ocurrir el día en que alguien consiga explicar también el basural.

(Julio Cortazar)

Destin des explications

Il  doit y avoir quelque part une poubelle où s’amoncellent des explications.

Une seule chose inquiète dans un aussi juste panorama : ce qui arrivera le jour où quelqu’un pourra expliquer aussi la poubelle.

(Traduction de Laure Bataillon)

Destin des explications

Il  doit y avoir quelque part une décharge (un dépotoir ?) où s’amoncellent les explications.

Une seule chose inquiète dans ce juste panorama : ce qui arrivera le jour où quelqu’un parviendra à expliquer aussi la décharge (le dépotoir ?).

(Traduction sans doute plus exacte)

(A propos de Sarah Facio)

Communiquer, c’est communiquer quelque chose : si le communicateur sait ce qu’il veut communiquer et, s’il prend les bons moyens et que son récepteur est au courant de son langage, il reçoit le message.

Exprimer, c’est moins conscient, moins explicable… « ça parle »… « ça me parle »… souvent différemment aux uns et aux autres. Des interprétations multiples seront proposées.

Une oeuvre d’art relève bien davantage de l’expression que de la communication. Y compris pour l’artiste.

Cours de Technique d’expression et de communication

Objectif général : à partir de divers exercices pratiques et de réflexions personnelles, chercher à saisir et exprimer le travail de réflexion, d’intériorité, qui est à l’origine et qui a nourri la création d’une oeuvre audiovisuelle. Ainsi que le travail de réflexion, d’intériorisation, que peut provoquer celle-ci chez ceux qui la reçoivent. Une place privilégiée sera accordée aux oeuvres contemporaines et aux classiques du vingtième siècle.

Compétences mises en oeuvre :

  • Distinguer expression et communication

  • Observer et expliquer les divers moyens et techniques utilisés par un artiste audio-visuel (théâtre, cinéma, photo, performance) – exprimer ce que peuvent exprimer et communiquer ces différents moyens ou techniques

  • Proposer une association musique/photo et exprimer ce que cela peut exprimer ou communique

  • Proposer une mise en scène d’un extrait classique et exprimer ce que cela peut exprimer ou communique

  • Proposer une performance et exprimer ce que cela peut exprimer ou communique
    jouer des extraits de théâtre, de films, réfléchir sur ce qui s’exprime

  • Elargir sa culture dans le domaine audiovisuel en sortant des sentiers battus et des préjugés pour privilégier une originalité. Montrer une curiosité intelligente pour la création audiovisuelle en général et la création contemporaine en particulier

Matières travaillées :

Le texte et sa mise en scène dramatique (récitation, interprétation, improvisation, théâtre). L’examen de Noël portera sur une pièce de théâtre classique dont vous proposerez une mise en scène contemporaine, sortant des sentiers battus. Nous travaillerons essentiellement les divers aspects de la création théâtrale, mais regarderons aussi d’un peu près son adaptation télévisuelle et cinématographique,

Au second semestre, d’autres domaines artistique « dramatiques » (le body art, la performance…). En juin : proposition d’une performance.

Nous aurons aussi l’occasion d’étudier l’expression photographique en la croisant avec l’expression musicale